Chuuuuuut...



... je range.






(Et ne me dites pas que ça ne se voit pas.)


Share/Bookmark

Interruption momentanée des programmes


Fatigue intense, stress et déprime puissance dix ont (temporairement j'espère) raison de moi. Je mets le blog en pause pour quelque temps. A bientôt...



Share/Bookmark



(Premier épisode et rappel du principe).

The Haunted Bookshop est un roman américain très distrayant et sans prétention que j'ai lu il y a bien longtemps, un été en Irlande, dans une vieille édition toute cornée qui sentait bon le papier jauni des années... ouh, je ne saurais même pas dire.

Il paraît qu'il est fort connu dans le monde anglo-saxon, j'ai l'impression qu'il l'est beaucoup moins par chez nous (impossible de trouver une traduction française, semble-t-il). Pour un résumé succinct, voir ici.

(Rien à voir, mais j'adore la dernière phrase de cet extrait.)

At the glass sentry-box in front of the theatre Aubrey insisted on buying the tickets.

"We came out right after supper," said Titania as they entered, "so as to get in before the crowd."

It is not so easy, however, to get ahead of Brooklyn movie fans. They had to stand for several minutes in a packed lobby while a stern young man held the waiting crowd in check with a velvet rope. Aubrey sustained delightful spasms of the protective instinct in trying to shelter Titania from buffets and pushings. Unknown to her, his arm extended behind her like an iron rod to absorb the onward impulses of the eager throng. A rustling groan ran through these enthusiasts as they saw the preliminary footage of the great Tarzan flash onto the screen, and realized they were missing something. At last, however, the trio got through the barrier and found three seats well in front, at one side. From this angle the flying pictures were strangely distorted, but Aubrey did not mind.

"Isn't it lucky I got here when I did," whispered Titania. "Mr. Mifflin has just had a telephone call from Philadelphia asking him to go over on Monday to make an estimate on a library that's going to be sold so I'll be able to look after the shop for him while he's gone."

"Is that so?" said Aubrey. "Well, now, I've got to be in Brooklyn on Monday, on business. Maybe Mrs. Mifflin would let me come in and buy some books from you."
"Customers always welcome," said Mrs. Mifflin.

"I've taken a fancy to that Cromwell book," said Aubrey. "What do you suppose Mr. Mifflin would sell it for?"

"I think that book must be valuable," said Titania. "Somebody came in this afternoon and wanted to buy it, but Mr. Mifflin wouldn't part with it. He says it's one of his favourites. Gracious, what a weird film this is!"

The fantastic absurdities of Tarzan proceeded on the screen, tearing celluloid passions to tatters, but Aubrey found the strong man of the jungle coming almost too close to his own imperious instincts. Was not he, too--he thought naively--a poor Tarzan of the advertising jungle, lost among the elephants and alligators of commerce, and sighing for this dainty and unattainable vision of girlhood that had burst upon his burning gaze! He stole a perilous side-glance at her profile, and saw the racing flicker of the screen reflected in tiny spangles of light that danced in her eyes. He was even so unknowing as to imagine that she was not aware of his contemplation. And then the lights went up.

"What nonsense, wasn't it?" said Titania. "I'm so glad it's over! I was quite afraid one of those elephants would walk off the screen and tread on us."

"I never can understand," said Helen, "why they don't film some of the really good books--think of Frank Stockton's stuff, how delightful that would be. Can't you imagine Mr. and Mrs. Drew playing in Rudder Grange!"

"Thank goodness!" said Titania. "Since I entered the book business, that's the first time anybody's mentioned a book that I've read. Yes--do you remember when Pomona and Jonas visit an insane asylum on their honeymoon? Do you know, you and Mr. Mifflin remind me a little of Mr. and Mrs. Drew."

Helen and Aubrey chuckled at this innocent correlation of ideas. Then the organ began to play "O How I Hate To Get Up in the Morning" and the ever-delightful Mr. and Mrs. Drew appeared on the screen in one of their domestic comedies. Lovers of the movies may well date a new screen era from the day those whimsical pantomimers set their wholesome and humane talent at the service of the arc light and the lens. Aubrey felt a serene and intimate pleasure in watching them from a seat beside Titania. He knew that the breakfast table scene shadowed before them was only a makeshift section of lath propped up in some barnlike motion picture studio; yet his rocketing fancy imagined it as some arcadian suburb where he and Titania, by a jugglery of benign fate, were bungalowed together. Young men have a pioneering imagination: it is doubtful whether any young Orlando ever found himself side by side with Rosalind without dreaming himself wedded to her. If men die a thousand deaths before this mortal coil is shuffled, even so surely do youths contract a thousand marriages before they go to the City Hall for a license.

Aubrey remembered the opera glasses, which were still in his pocket, and brought them out. The trio amused themselves by watching Sidney Drew's face through the magnifying lenses. They were disappointed in the result, however, as the pictures, when so enlarged, revealed all the cobweb of fine cracks on the film. Mr. Drew's nose, the most amusing feature known to the movies, lost its quaintness when so augmented.

"Why," cried Titania, "it makes his lovely nose look like the map of Florida."

"How on earth did you happen to have these in your pocket?" asked Mrs. Mifflin, returning the glasses.

Aubrey was hard pressed for a prompt and reasonable fib, but advertising men are resourceful.

"Oh," he said, "I sometimes carry them with me at night to study the advertising sky-signs. I'm a little short sighted. You see, it's part of my business to study the technique of the electric signs."

After some current event pictures the programme prepared to repeat itself, and they went out. "Will you come in and have some cocoa with us?" said Helen as they reached the door of the bookshop. Aubrey was eager enough to accept, but feared to overplay his hand. "I'm sorry," he said, "but I think I'd better not. I've got some work to do to-night. Perhaps I can drop in on Monday when Mr. Mifflin's away, and put coal on the furnace for you, or something of that sort?


Christopher Morley, The Haunted Bookshop, 1919


Récemment tombé dans le domaine public (pourquoi dit-on "tombé", d'ailleurs ?), le texte est disponible en intégralité chez Project Gutenberg.


Share/Bookmark

No Peanuts! for Translators


Il y a un joli badge tout neuf dans la colonne de gauche. Oui, c'est une cacahuète qui est représentée dessus. Pour tout savoir sur le mouvement No Peanuts! for Translators que votre blogueuse dévouée vient officiellement de rejoindre, cliquez sur le badge et régalez-vous. La rubrique "Humor" vaut notamment son pesant de... de... euh, vous m'avez comprise, quoi.

Edit : Badge supprimé dans la nouvelle mouture du blog. Le voici, cliquez ci-dessous !

Join the No Peanuts! Movement
Share/Bookmark


Je n'ai pas trop le temps, là, mais Chonchon parle joliment des joies de la traduction de documentaires animaliers ici. Allez voir !


Share/Bookmark

Beau comme un courriel d'agence de traduction


Absence de langue de bois, flexibilité, transparence totale et remise en question permanente : les quatre qualités que j'apprécie tout particulièrement chez les agences de trad...



Share/Bookmark


(Episode 1)

Traduire un documentaire, en version de base, c'est traduire la voix d'un narrateur (narration) et des interviews (voice-over).

Mais ce blog ne saurait se contenter d'une définition aussi lapidaire (parce que bon, j'ai un billet à écrire, quand même).

Dans la version pas de base, donc, on peut être amené à traduire plein d'autres choses dans un documentaire. D'une certaine façon, c'est ce qui fait l'intérêt et parfois la variété de ce type de commandes : on ne se limite pas toujours à une seule "technique" de traduction, il y a des petites choses en plus à traiter.

Petit point sur tout ce qu'on peut être amené à traduire dans un documentaire...


La narration

C'est la "colonne vertébrale", le fil directeur du documentaire. Elle expose, expose et expose encore les problématiques, présente les intervenants, explique, décrit, raconte, assure les transitions d’un thème à un autre (et fait parfois du remplissage). On la dit très rédigée, mais en réalité la qualité de l'écriture peut varier fortement entre une émission pour djeunz sur MTV et une soirée thema sur Arte. Dans la version française, la narration vient se substituer intégralement à la voix du narrateur d’origine.


Les interviews

Il s'agit là des interviews de spécialistes plus ou moins pointus du sujet traité (historiens, scientifiques, sociologues, journalistes), d'artistes dont on fait le portrait, de témoins ayant assisté à un événement particulier, du petit-fils d’une personnalité, etc. Les interviews peuvent être "posées" (l’intervenant est alors relativement immobile, filmé en gros plan fixe, et fait de jolies phrases qu’il a visiblement répétées au préalable) ou filmées un peu plus "à la volée" (ex. : un archéologue commentant des fouilles en train de se faire au milieu d'un chantier bruissant d'activité, ou un quidam lambda interrogé dans la rue).

Dans la version française, on traite généralement ces passages en voice-over, un mot relativement très inesthétique qui signifie que la voix du comédien français vient se superposer à celle de la personne interviewée. L’ingénieur son laisse une amorce en version originale au début de l’intervention et quelques secondes libres à la fin, dans la mesure du possible (il faut donc que la traduction soit un peu plus courte que l'intervention en VO). Ce serait un héritage de la radio, m'a-t-on dit un jour : on laissait autrefois cette petite amorce pour que les auditeurs avertis puissent vérifier la qualité de la traduction des propos... mais j'ignore si c'est réellement la raison de cette coutume.

Plus rarement, les interviews peuvent être traitées en sous-titrage si c'est un parti pris pour tout le documentaire, ou s'il s'agit d'interviews de personnalités vraiment très connues qu'on choisit de ne pas voice-overiser, éventuellement ("voice-overiser", oui oui, c'est comme ça qu'on dit ; c'est moche, hein ?).



L'interview posée n'exclut pas l'originalité capillaire.


Dans la plupart des docus, wie gesagt un peu plus haut, il y a une narration et des interviews. Mais il arrive qu'il n'y ait que l'un des deux - genre dans les documentaires animaliers (noooon, ce n'est pas mon obsession) qui sont parfois à 100% en narration. Et à l'inverse, certains docus sont conçus pour se passer de narration et se structurent sur les seules interviews. Ceci étant dit, passons à la suite.


Les séquences prises sur le vif ou filmées à la volée

Il peut s'agir de scènes de vie de tous les jours, de personnes filmées dans leur travail, de répétitions d’une pièce de théâtre, etc. Les phrases ne sont pas toujours très claires (son de mauvaise qualité, bribes de phrases hors contexte), ce qui complique pas mal le travail du traducteur. D'autant que ces passages passent souvent à la trappe dans le relevé/script qu'on lui fournit, alors même que ce sont les plus difficiles à comprendre. Selon la clarté des propos et les desiderata ou habitudes du client final, ces petites choses seront traitées en sous-titres (c'est le plus logique) ou en voice-over (c'est de plus en plus fréquent parce qu'on juge que le sous-titrage fait fuir les téléspectateurs - le résultat est souvent moche au possible). Il arrive par ailleurs qu’on laisse certaines répliques de ce genre "en ambiance", comme on dit, c'est-à-dire qu'on ne les traduise pas afin de ne pas surcharger la VF (surtout si elles n'ont aucun intérêt).



Le chef d'orchestre filmé en répétition
dit souvent "tata-tatatataaaa-taTA",
ce qui limite l'intérêt de le sous-titrer.



Les archives et autres documents audiovisuels

Extraits d’un JT vieux de 20 ans, actualités cinématographiques de l'entre-deux-guerres, discours d’un homme politique... et par extension, tout document audiovisuel montré dans le documentaire (film, vidéo amateur). Là encore, la qualité du son n’est pas toujours bonne, bonjour la compréhension si le relevé n'est pas fourni et qu'on a affaire à une vieille bobine d'actualités qui "craque" à chaque phrase. On sous-titre dans la quasi-totalité des cas ; exceptionnellement, si l'archive n'est pas trop ancienne, on peut tenter un voice-over (mais ça fait toujours un peu bizarre). Dans le cas d'extraits de films, il arrive tout aussi exceptionnellement que la chaîne rachète les droits nécessaires pour diffuser ces passages en doublage au lieu de les faire sous-titrer (comme je l'avais évoqué ici il n'y a pas longtemps).



To dub or to subtitle, that is the question.



Les spectacles et les chants

Pièce de théâtre, sketches, extrait de concert ou opéra... On sous-titre les spectacles lyriques et les séquences chantées si le texte a un intérêt dans le cadre du documentaire (et si le client le demande), sinon on laisse tomber pour ne pas surcharger. On sous-titre aussi les extraits de pièces de théâtre et les sketches.



L'opéra, un genre plein de surprises et d'animaux étranges.



Les panneaux et inscriptions diverses

Ceci concerne les inscriptions manuscrites, panneaux et autres documents officiels apparaissant de façon lisible à l’écran. Toutes les inscriptions ne sont bien sûr pas traitées à la même enseigne : on traduit ce qui reste suffisamment longtemps à l’écran, ce qui a un intérêt pour le téléspectateur dans le cadre du documentaire et qui ne fait pas redite avec le commentaire ou les interviews. Et évidemment, dans ce cas, on sous-titre.



Pancarte à l'entrée d'un bordel militaire.
On est discipliné ou on ne l'est pas.



Les voix off

Il peut s'agir d'extraits d’un journal intime, d’un roman, d’un article de presse ou encore d’une lettre lus par une voix anonyme. Dans la version française, c'est généralement une voix off qui vient se substituer à la voix d'origine.


Les reconstitutions

C'est devenu une manie dès qu'on a affaire à un documentaire historique : comme on n'a pas forcément des archives filmées de Cro-magnon et Cro-magnette ou de Saint-Louis sous son chêne, eh ben on fait des reconstitutions historiques... Le résultat n'est pas toujours très heureux, à vrai dire. Je garde un souvenir à faire frémir de scènes de dialogues dans un documentaire BBC d'extrême vulgarisation sur les philosophes grecs (lesdits philosophes ressemblaient à des poivrots qui auraient ramassé des draps d'un blanc douteux dans une poubelle à la sortie d'un pub). Il peut s'agir au contraire de scènes d’anticipation type "science fiction" au sein d’un documentaire sur l'avenir de telle ou telle technologie. Ces reconstitutions sont tantôt muettes, tantôt parlantes. Quand elles blablatent, on les traite soit en doublage, soit en sous-titrage, selon les souhaits du client final.



Socrate, au top.


Les chansons (off)

Je parle ici des enregistrements musicaux que l’on entend en accompagnement des images. On ne traduit ces chansons que si le texte a un rapport direct et une réelle importance dans le cadre du documentaire (du genre chant contestataire sur des images de manifestations...). Sous-titrage, of course.


Les synthés / cartons

C'est le nom qu'on donne aux inscriptions au bas de l’écran indiquant par exemple le nom et la profession d’une personne interviewée. On étend l'appellation aux inscriptions figurant sur les cartes et les schémas créés spécialement pour le docu, ou encore aux titres des éventuels "chapitres" d’un documentaire, aux citations apparaissant en incrustation à l'écran... Selon le cas, c’est tantôt le laboratoire de postproduction qui s’occupe des synthés, tantôt la chaîne (le client final) en interne. Selon le cas toujours, on fera de nouveaux synthés qui viendront remplacer ceux d'origine (le traducteur fournit alors un simple fichier texte/Word) ou on sous-titrera les synthés existants. NB : depuis longtemps, il me semble qu'il y a une différence entre cartons et synthés, mais j'ai remarqué que beaucoup de gens employaient les deux indifféremment. Si quelqu'un a des infos plus précises, je serais ravie de compléter mes connaissances.



Jason et l'azote liquide : une longue histoire.


Les génériques

Certains clients demandent une traduction de générique. Le labo de postproduction recrée alors un nouveau générique en français qui remplace le générique original. Pour le traducteur, il s'agit généralement de fournir un fichier texte/Word reprenant les noms et fonctions de chaque professionnel ayant participé au documentaire. Plutôt fastidieux et sans grand intérêt, comme tâche.



Un p'tit générique ?



Dans le prochain épisode, on abordera l'épineuse question de l'adaptation et des contraintes d'écriture. Je sais, tu piaffes d'impatience, lecteur fébrile de ce blog.


Share/Bookmark

Le sourire (innocent) de la semaine


Note to self: à l'avenir, penser à lire les étiquettes de boissons. Parfois on y voit des trucs marrants.


Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us


Savent vraiment plus quoi inventer, ces marketeurs...


Share/Bookmark
top